PROJETS_TERRE PERDUE

Terre Perdue est une vidéo-performance faisant écho à un monde, qui selon la mythologie Yanomami (Brésil), est déjà tombé. La scénographie qui nous entoure, que ce soit dans l’installation de l’œuvre ou dans notre quotidien, montre que nous sommes déjà dans un monde de ruines. Car d’après l’ouvrage La chute du ciel, le ciel de l’Amazonie est tombé avec l’arrivée des colonisateurs européens. Pour les chamans il a fallu donc, depuis, le restructurer pour continuer à (sur)vivre.

Dans la vidéo-performance, il est possible de voir des corps qui habitent des ruines. Fait en plâtre, leur habitat donne à voir l’effondrement des civilisations en même temps qu’un espace fragile. Cet ensemble révèle un territoire maltraité, une terre amputée de sa fonction primaire dont la destruction est ici illustrée par la projection d’images satellites de la forêt amazonienne disparaissant aux yeux du ciel.

A travers un jeu d’alternance d’images nettes et floues, la vidéo invite le spectateur à activer son regard pour traverser les minces frontières qui séparent le rêve du réel. Ceci donne à voir des corps parfois morcelés, en découverte d’eux-mêmes et d’autrui. Leur rencontre est ambiguë, contradictoire, oscillant entre soin et extermination. La performance a été créée à partir d’exercices d’improvisation en relation avec cet environnement hostile. Une composition qui questionne notre rapport humain face à cette destruction. Ces corps - matières en mouvements - parfois pixellisés, suggèrent une possible mutation liée à la technologie, une hybridation contemporaine.

Terre Perdue est une œuvre hybride où se fusionnent vidéo, performance et installation. Il s’agit d’interroger notre contexte de chaos et de menace, d’un monde qui risque l’effondrement, à une remise en question d’un point de vue occidental.


 

Performers: Isabella Aurora, Iris Medeiros, Wesley Roque et Daniel Nicolaevsky Maria
Design Sonore: Yann Le Frit - Vidéo Mapping: Raoni Vidal - Photographie et Vidéo: Johan Lartigau